Salut les djeun’s ! Vous êtes maire d’une petite ville paumée et vous voulez connaître la célébrité ? Que les nymphomanes de droite se pâment sur votre passage et que les nazillons lèvent le drapeau à votre simple vue ? Interdisez le burkini !

Avec l’actualité politique nationale en pause, c’est l’occasion de faire parler de votre commune en instrumentalisant le fait divers de Sisco. Et qu’importe si les premiers éléments de l’enquête démontrent qu’aucun burkini n’est en cause dans l’altercation entre une famille musulmane et des Corses, tout le monde s’en cogne.

Vous n’avez pas de burkini sur vos plages ? Qu’importe ! Faites comme Daniel Fasquelle, maire LR du Touquet : aucun cas de burkini n’a été signalé dans le Pas-de-Calais, ça ne l’empêche pas de légiférer le bougre. Un bon coup de communication médiatique de derrière les fagots sans aucune prise de risque.

N’oubliez pas d’en rajouter des tonnes, comme Olivier Majewicz, maire PS de Oye-Plage qui confond allègrement burkini et burka – la deuxième couvre le visage, l’autre non – afin de faire passer la pilule et instaurer un flou pratique qui bluffera les crédules.

Globalement, c’est la fête du string. Personne n’en a rien à foutre que les burkinis ne soient qu’un phénomène très marginal. L’instant est à l’instrumentalisation politique pour rassurer les citoyens / racoler quelques voix aux extrêmes / montrer qu’on en a gros. *Biffer les manœuvres putassières*

Mais ce foutoir amène d’autres questions bien plus flippantes sur le tapis.

Le droit des femmes en danger ?

Le vivre-ensemble ? C’est pour les faibles. Le droit des femmes à s’habiller selon leur convenance ? Idem. C’est con, celles-ci se sont battues des années pour pouvoir se vêtir comme elles le souhaitent. Maintenant qu’elles le font, les voici traitées de « salopes » ou d’« intégristes ». Plus qu’un racolage médiatique assez grossier, légiférer sur le burkini met en question la liberté des femmes dans l’espace public. 

Et comme un dessin vaut mieux qu’un scribouillard qui raconte des foutaises, voici celui de @LaSauvageJaune pour résumer la situation.

Dessin réalisé par @LaSauvageJaune. Retrouvez-là sur Twitter, elle y gribouille des esquisses sympas.

Dessin réalisé par @LaSauvageJaune. Retrouvez-la sur Twitter, elle y gribouille des esquisses sympas.

Certes, le burkini n’est pas un vêtement de plage comme les autres et relève dans certains cas d’un emprisonnement du corps au nom de la religion, mais sa récupération en vertu de soi-disant principes de liberté de la femme par des hommes politiques HEY COUCOU PHILIPPOT qui s’opposent à l’IVG est obscène.

Le voile, contre-feu systématique ?

Dès qu’un sujet fait débat au sein de la société, il suffit de sortir du placard l’épouvantail de l’islamisation pour faire taire les grandes gueules. D’habitude, le voile islamique est un contre-feu efficace. Ça et l’apprentissage de l’arabe à l’école. Deux bons marronniers pour embraser les chroniques des journaux de droite et attiser la haine envers la communauté musulmane. Faisons un petit état des lieux :

2003 : réforme des retraites, grand débat sur le voile.

2011 : réforme des retraites, grand débat sur le voile.

2013 : réforme des retraites, grand débat sur le voile.

Printemps 2016 : manifestation contre la loi travail, grand débat sur le voile à l’université.

Là, on est dans le sexe anal bien brutal.

Mais aucun grand débat ne fait rage en ce moment, si ce ne sont les discrètes mentions pour retarder le non-cumul des mandats déposées par des députés et sénateurs Les Républicains, du Parti Socialiste et des radicaux de gauche. Y a-t-il un rapport entre les deux ? Difficile à croire, mais une polémique qui couvre une manœuvre politique par ricochet, ça fait toujours plaisir aux petits filous.

Bon, les terros, ils ont gagné oui ou merde ?

Les maires qui pensent lutter contre un péril islamiste se trompent de combat avec l’interdiction du burkini. Plutôt que de souder la France autour de ses valeurs républicaines, ce débat crée une scission entre les musulmans et leurs concitoyens. Un climat de tension omniprésent depuis les récents attentats qui ont frappé le sol bleu-blanc-rouge, preuve qu’on s’est bien fait baiser.

Les terroristes voulaient nous diviser, nos élus leur servent d’étendards en développant une islamophobie basée sur des faits divers plutôt qu’une réflexion éclairée.

Je sais pas vous, mais je trouve ça fascinant, cette constance dans la médiocrité.

Moran Kerinec