Quel mot me vient à l’esprit lorsque je pense à Cool Suns Are Quiet ? Cool, évidement ! Jeune groupe Rouennais composé de Shannon au chant, Jean à la batterie, Francis et Merwan à la guitare, et Valentin à la basse, les CSAQ ne se prennent pas la tête et livrent en live une pop au groove indéniable. J’ai rendez-vous avec Shannon et Jean dans la boutique Parallèle music, tenue par Jean et Francis.

OPEN BAR : -Cool Suns Are Quiet, littéralement les soleils cool sont calmes, pourquoi avoir choisi ce nom et que signifie-t-il pour vous ?

Shannon : – On cherchait un nom de groupe depuis longtemps mais on n’arrivait pas vraiment à trouver, et puis un soir on est allés sur un site de générateurs de noms, et c’est de la que le nom est sorti !
Jean : – On s’est dit que ce nom était cool, y avait pas de véritable signification pour nous, mais après ça peut avoir un côté métaphorique, on peut imaginer tout ce qu’on veut autour. Chacun y voit la signification qu’il veut.

Quels sont vos objectifs avec ce groupe ?

S. : En ce moment on est en train d’enregistrer un EP, donc on est déjà concentrés là-dessus et sur sa sortie, en même temps on fait pas mal de concerts.
J. : On essaie de tourner le plus possible, se faire connaitre régionalement pour commencer, et que le nom commence à rentrer dans les têtes, surtout qu’il est pas évident à retenir (rires).

En plus du groupe, certains des membres prennent part au monde de la musique grâce à cette boutique dans laquelle nous nous trouvons, Parallèle Music, vous pouvez m’en parler ?

J. : Ça va faire un peu plus d’un an que la boutique est ouverte, on vend ici toutes sortes d’instruments, et ça sert aussi de studio d’enregistrement. On a enregistré plusieurs groupes de la région, notamment les Hollow Crown, Ma2x, Coloris… Debasement aussi, un groupe de Metal Rouennais.

Coloris, justement, c’est un groupe que vous connaissez bien et qui vous tiens à cœur ?

J. : On les a rencontré parce qu’ils cherchaient un lieu pour enregistrer, et ils sont venus nous trouver chez Parallèle Music. On les a pas mal aidés, pour les arrangements, améliorer la qualité de leur son, et on leur a donné des conseils pour disons se «professionnaliser».
S. Maintenant ils nous rendent la pareille, ils nous donnent aussi leur avis sur les sons qu’on fait.

Comment décririez-vous votre musique ?

J. : C’est assez dur de décrire sa propre musique, mais je dirais que c’est du rock…
S. Indépendant !
J. : Ya un côté assez influencé par la musique Japonaise aussi, tout ce qui est J-Rock… Le rock Anglais aussi, certains arrangements à la Phœnix…

Morceau que les CSAQ vous proposent de découvrir… Ou de réécouter !

Le côté indépendant justement, vous y tenez beaucoup ?

S. : Personnellement, oui beaucoup.
J. : Oui, c’est sûr que ça permet de se différencier et de se démarquer de tout ce qui passe à la radio, mais notre musique reste ouverte, elle peut plaire à beaucoup de gens, c’est pas trop hard ni trop à l’eau de rose.

Tout à l’heure tu me disais que vous aviez tous des influences assez différentes, mais quels artistes mettent tout le monde d’accord dans votre groupe ?

S. : Moi j’aime beaucoup Paramore, en plus je trouve qu’ils nous ressemble au niveau musical, avec en plus une fille qui chante comme nous, mais les gars aiment pas trop ce groupe.  On écoute aussi tous beaucoup de Deathcore (mélange de Death Metal, de Metalcore et de Punk Hardcore), mais ça ne se ressent pas beaucoup dans la musique qu’on joue.
J. : Sinon on est une bonne partie dans le groupe à aimer les chansonnettes marantes, les trucs de beauf, genre Patrick Sébastien, le zouk, mais Shannon kiffe pas du tout (rires).

Vous n’êtes pas du tout influencés par des artistes français ? (Phœnix excepté, ils sont presque plus Américains que français haha)

S. : Non pas du tout, on écoute presque pas de musique française.
J. : Non, dans notre groupe on chante en Anglais, on se verrait pas du tout chanter en français, pour nous c’est plus naturel. Et puis autant faire ce qui nous fait plaisir et nous correspond le plus, même si ça nous ferme des portes en France parce qu’on ne chante pas en français, on pourra toujours démarcher des maisons de disques étrangères par la suite.

Et que pensez-vous de la ville de Rouen, au niveau musical ?

J. : Ya énormément de petits bars/cafés ou on peut faire des concerts, ça c’est cool, mais malheureusement les scènes sont assez limitées au niveau de place, ya peu d’endroits ou on peut inviter plus de 200 personnes par exemple.
S. En fait c’est soit trop limité, soit trop grand, par exemple le Zénith ou le 106, ya pas de juste milieu.
J. : C’était mieux avant, avec des salles comme le Bateau Ivre, l’Exo 7, qui ont été obligées de fermer, c’est dommage. Mais ça reste quand même une bonne ville avec beaucoup de concert, pour ceux qui veulent sortir, ya presque un concert chaque soir si on cherche les bons endroits, et dans tous les styles de musique.

Pour finir, j’aimerais savoir l’impression que ça fait d’être un jeune groupe et de donner sa première interview ?

S. : Whaou ! On se sent un peu famous (rires)
J. : C’est cool. Ça fait plaisir, et puis on se dit que c’est un très bon début pour la suite.

Retrouvez Cool Suns Are Quiet en concert le samedi 13 décembre à l’Ambush, accompagnés de Coloris et d’Arboretum pour une soirée 100% Parallèle Music ! Leur premier EP est aussi en préparation, et devrait sortir fin décembre.