Hier, l’avion Solar Impulse 2 s’est posé à Abou Dhabi après avoir bouclé un tour du monde complet sans griller une goutte de carburant. La preuve qu’on a beau être des primates, quand on arrête de manger nos crottes de nez, quand même, on fait des trucs.

Enfin, ça c’était avant que deux oubliables lâches tuent un prêtre et flinguent la journée. S’attaquer à un homme de foi autrement que par les mots est et sera toujours un acte ignoble suffisant pour atteindre le parangon des raclures.

Mais laissons le pauvre croyant à ses proches, qu’ils puissent faire leur deuil et les deux immondices à l’égout d’où ils n’auraient jamais dû sortir. Parlons d’un autre genre d’ordures. Depuis le 13 novembre, et d’autant plus après les récents attentats qui nous ont frappés, c’est la foire à l’enculade politique et à l’hypocrisie outrancière. L’écho des atrocités de Daech nous empêche de le voir, mais le danger réside ici.

Qu’il s’agisse des imbéciles de tous bords qui veulent construire des camps et y interner n’importe qui n’importe comment – Wauquiez si tu m’entends, elle est pour toi ma gueule – ou des salopards pour qui tout est sujet à récupération en vue de grappiller quelques pourcentages de votes, tous se sont donné le mot pour nous foutre la nausée.

Salut Marion, vas-y prends un siège et mets-toi à l’aise. Je te sers un ti punch ? T’es au courant qu’à 12h04 il n’y avait encore aucune preuve tangible d’attentat islamiste mais juste des présomptions ?

Sans avoir l’anus en papier crépon, ça pique quand même un peu de l’avouer : les terroristes sont en train de gagner. Leur but est de nous diviser et nos élus foncent dans le panneau à cœur joie. Je comprends bien qu’on prenne autant de faciales en ce moment que si Rocco Siffredi avait rejoint l’EI, mais est-ce une raison suffisante ?

Les politiques s’écorchent à coups de petites phrases assassines, se rejetant la faute comme des gosses dans une cour de récré. On nique les lois de la gravité pour faire le tour de monde sans gazer un seul rouge-gorge, faites un effort bordel.

Les réseaux sociaux francophones ont été abreuvés de messages de haine adressés par des cons numériques à l’encontre de la communauté musulmane. Certains champions ont même accusé les grands pontes de l’Église catholique d’avoir fermé trop longtemps les yeux sur « la menace islamiste ». Et vas-y que c’est encore rien que la faute aux arabes, franc-maç’, conseils de sions et autres saltimbanques du complot qui font que créer un monde où-que-c’est-qu’ils-sont-bien.

La putain de fête du string.

Reste une autre question : et maintenant on fait quoi ? On s’écharpe ? On se fait des câlins ? On essaie d’être moins con ? Tiens j’aime bien cette option, ça se tente.

En tout cas pour notre part, on va se fouler pour trouver des remèdes, creuser là où c’est la merde, en extraire un joli fumier et faire éclore des coquelicots. Pour être moins poétique, on va se tirer les doigts et s’essayer au journalisme dit « de solutions ». 

On garantit pas de réussir, mais on va se risquer à décrypter les discours abscons des politiques pour en pointer les erreurs, explorer les issues aux problèmes de société qui n’impliquent pas de fumer la gueule de ses voisins, et proposer des alternatives pour retrouver un poil d’espoir. Putain qu’on en a besoin.

On aura aussi besoin de ton aide, lecteur, pour signaler là où on foire, nous dire ce que tu en penses, ce qui fonctionne, ce qui est à chier. On peut compter sur ton coup de main ?

Tout ne changera pas d’un bloc, mais on va tenter le coup. Pour la beauté du geste. Parce qu’on est des putains de grands singes et qu’on peut faire des trucs magnifiques.