Mercredi, les étudiants battaient le pavé contre la loi El Khomri aka la loi Travail : 224 000 manifestants selon la police, 500 000 d’après les syndicats. Malgré une différence numéraire, ces chiffres sont la preuve de l’intérêt de la population française pour cette loi qui fait débat. Majoritaires dans les cortèges, les étudiants se sentent aussi concernés.

Un problème plus profond ? 

Quand la base de l’électorat socialiste se bat contre une loi proposée par un gouvernement du même bord, l’Élysée se retrouve à l’épreuve de la rue. « Valls, tu vas valser » , « El connerie », slogans et actes montrent une véritable violence vis-à-vis du gouvernement. On est alors en droit de se demander si la jeunesse se révolte réellement contre la loi. N’est-ce pas plutôt la preuve d’un ras-le-bol général et d’une tension qui bouillonne depuis une dizaine d’années et qui n’a été entendue jusqu’alors ?

Encore en 2016, les jeunes font peur au gouvernement et l’histoire de la Vème République montre que leurs craintes sont fondées. Il y a dix ans, la jeunesse s’était soulevée et le gouvernement Villepin avait dû renoncer au projet de la loi instituant le contrat première embauche (CPE) deux mois après son adoption par le Parlement.

Internet, nouveau moteur de protestations

Loin du mouvement de masse de mai 68, les étudiants étaient encore trop frileux pour sortir ce mercredi 9 mars 2016. Découragés par la pluie mais aussi moins intéressés par ces mouvements de protestation, la jeunesse laisse de côté les marches citoyennes pour se concentrer sur des pétitions relayées sur Internet. Par ailleurs, quel poids ont ces signatures, réunies sur un banal site web par rapport à des centaines de personnes qui défilent dans les rues de tout le pays ? Poussés par le mouvement #OnVautMieuxQueCa, créé par quelques youtubeurs fin février, les étudiants se sont reconnus dans les propos de ces personnalités. Partagée sur les réseaux sociaux, la vidéo est devenue rapidement le cri de ralliement des jeunes contre le projet de loi.

Au terme des manifestations du 9 mars, l’Unef, le tout puissant syndicat étudiant, a appelé, après s’être frotté les mains, à renouveler le mouvement de protestation jeudi 17 mars… Mais les étudiants ne vont-ils pas se lasser ? Telle est la question.

#greve9mars #loielkhomri #loitravail #paris #republique

A photo posted by Etienne (@fastercat) on