Au milieu de la foule des youtubeurs squattant nos écrans, il en existe une flopée particulière qui a l’audace de nous initier sans complexe aux arcanes du cinéma. Parmi ces dévoreurs de pellicules, certains y arrivent avec talent, et méritent qu’on perde dix minutes à les écouter déblatérer pour découvrir les perles rares du 7em art et en prendre plein les yeux. Voici donc la crème de la crème des cinéphiles 2.0.

Le Fossoyeur de Films :

Déjà présent sur le web depuis 2 ans, ce n’est que depuis quelques mois que le Fossoyeur a commencé à cartonner. Et devant la qualité de ce qu’il nous propose, ce n’est que justice. Son crédo ? Déterrer les thématiques des salles obscures, faire la lumière sur certains points de l’histoire du cinéma et vulgariser les pratiques des réalisateurs, des clichés aux gimmics pour le plaisir des néophytes. Des suites en trop ? Il les allume. La mythologie au cinéma ? Il part au front en exhumer les codes.

Deuxième corde à son arc, ses vidéos « Après-Séance » lui permettent de partager son avis sur les récentes sorties. Mais même si la recherche est plus légère, le traitement qu’il leurs impose et son point de vue sont pertinents. Donc essentiel à regarder si vous voulez vous faire mentalement violer le cortex tel Uwe Bowl gang-bangé par des cinéastes dans une cave Hollywoodienne.

Unknowns movies :

 Inthepanda est une chaine à suivre d’urgence. Son émission « Unknows Movies » est à elle-seule une raison de procrastiner. Son spitch putassié parle de lui-même : sous couvert de présenter des films de qualité mais inconnus du grand public, un tueur en série perpétue ses crimes à la vue de tous. On  retrouve pêle-mêle, entre deux séquestrations, des films d’auteurs, des thrillers psychologiques, des muppets sous mescaline et du vieux porno des familles. Volontairement choquante et dotée d’un parlé franc et ordurier, la mise en scène progresse à chaque épisode au point qu’on ne discerne plus l’émission dune web-série bien sympa. A laquelle viennent s’ajouter les caméos du Fossoyeur de films en commissaire poursuivant le psychopathe. Le duel entre les deux cinéphiles promet d’être explosif à leur prochaine rencontre.

Crossed :

Malgré une obsession sur Jurassik Park frôlant les limites du malsain, Crossed est sans conteste la meilleure émission traitant des adaptations de jeux vidéos. Bien qu’arrivés à son terme, les 28 épisodes sont toujours aussi jouissifs. Mené par Karim Debache et son double maléfique, son principe est simple : « On est pas là pour tirer sur l’ambulance. On est là pour lui défoncer sa race« . Si on oublie les libdups qui auraient pu rester enfouis au fond des rushs, c’est un vrai plaisir coupable de le voir, lui et son équipe, démonter à la scie sauteuse les mauvaises adaptations et de nous faire découvrir les bonnes. Sans même compter sur toutes les explications techniques à l’attention des plus tri-chromosomiques de leur public.

Le cinéma de Durendal :

Provocant dès le titre, Durendal nous offre avec sa rubrique « J’ai raison et vous avez tort » des rétrospectives sur des films et des réalisateurs innovants. Prenant à contre-courant les idées reçues et les avis simplistes, son analyse est un bon coup de genoux dans la virilité des mentalités préconçues. On peut évidemment entrer en désaccord avec certaines de ses opinions, mais cet étudiant en cinéma et ancien auteur de sagas mp3 met à notre disposition des savoirs sur l’univers cinématographique qu’on ne peut négliger. Souvent critiqué pour son ton catégorique, il reste incontournable pour approfondir la culture de tout à chacun sur les codes et l’histoire du cinéma. Sa rubrique « Vlog » propose pour sa part un avis plus personnel sur les récentes sorties, un exercice intéressant pour comparer notre propre perception de certains films.