Impossible de les louper, les héros de BD comics sont de retours en grande pompe. La franchise Marvel ayant misé un paquet de pognon sur la série cinématographique Avengers, les mecs de DC Comics en ont pris ombrage et se sont lancés dans la course sur le terrain télévisuelle.

Ces charmants messieurs étant au taquet, ils ont lancé non pas une, mais trois séries : Gotham, Arrow et Flash.

Gotham 

Synopsis : Fraîchement revenu de la guerre, James Gordon vient de choper un poste d’inspecteur dans la police de Gotham. Bien avant Batman, c’est à lui que revient le privilège de nettoyer les rues et de faire la lumière sur le meurtre des époux Waynes. L’occasion de rencontrer dès le premier épisode quelques figures mythiques du comics : Poison Ivy, Catwoman, un Batman en devenir, Le pingouin, Edward Nygma et un semblant de Joker. A ses côtés, un vieux grincheux à qui on ne la fait pas, mi-pourri, mi grand cœur qui ne peut, cliché oblige, pas s’empêcher de lui démontrer à quel point ce n’est qu’un jeune con idéaliste.

Intérêt : Qu’on soit clair, avec un pitch pareil, ça partait très mal. Envoyer à la tête du spectateur une overdose de personnages célèbres est une mauvaise stratégie. Néanmoins la série parvient à maintenir une scénario cohérent et potable. Le duo classique entre les deux flicailles est plaisant, parfois même drôle et touchant. Si certaines facilitées d’écritures entachent les dialogues, l’univers de Gotham est suffisamment bien mis en scène et intriguant pour ne pas laisser le spectateur sur sa faim. Sans même avoir à parler d’un casting  impeccable. Petit point bonus,  plus les épisodes défilent, plus leurs qualités s’améliorent, une série à suivre avec attention.

Date de sortie : débutée depuis le 22 septembre 2014.

Arrow 

Synopsis : Oliver Queen est un fils de bonne famille, riche, beau et con comme un bulot venant de faire naufrage. Cinq ans plus tard, le voici de retour dans sa ville natale avec une pulsion morbide : enfoncer une flèche dans tous ceux qui ne lui reviennent pas. Faire mumuse sur une île peut vous orientez vers le crack mes amis. Pour faire bonne mesure, monsieur se ballade aussi en tenue verte et moulante. « Drogue et homosexualité, les nouveaux dangers de Koh-Lanta » bientôt dans Zone Interdite.

En parallèle on assiste à deux histoires. D’un coté le retour à la société du sociopathe et sa douce réinsertion basée sur la vengeance de son père, de l’autre ce qui lui est vraiment arrivé sur l’île déserte. Enfin déserte… Si on oublie les tanks, les brigades paramilitaires, les expéditions scientifiques et les glandus dans la forêt, oui, on peut considérer qu’elle est vraiment déserte.

Intérêt : Arrow, c’est notre petit plaisir coupable, une série qui arrive à mixer des idées et des acteurs de génies avec des mises en scènes clichés. Tout les personnages ont l’air de sortir d’une pub Colgate, les répliques sont en cartons, et les cliffangers à peine putassiers. Et pourtant, John Barrowman qui cabotine en grand méchant a la grande classe. L’inspecteur Lance est ultra-cool, le héros pas trop insupportable. Le scénario  ne casse certes par trois pattes à un connard, mais réserve d’excellentes scènes d’actions dotées de chorégraphies rares pour le petit écran. 

Un seul conseil, prenez une bonne bière, appréciez le spectacle et fendez-vous la gueule devant le bouzin, ça vaux le coup d’œil.

Date de sortie : La Saison 3 a débutée depuis le 08 octobre 2014.

The Flash 

Synopsis : Barry Allen est tout content, il vient de faire un rapide caméo dans un épisode d’Arrow quand, manque de bol, un éclair le frappe. Sorti du coma, il découvre avec stupeur qu’il est maintenant doté d’une super vitesse. En effet, des scientifiques à la ramasse ont foiré l’expérience du siècle et causé l’explosion d’un accélérateur à particule. Ils sont donc à l’origine dune quantité astronomique de tarés aux supers-pouvoirs que Barry va devoir tatanner.

Intérêt : Seul le héros a l’air de comprendre que le scénario de ce spin-off a été écris sur un post-it un soir de débauche :  « La foudre m’a donné des abdos ?« .  Apprécions le « Ta gueule, c’est la science » qui fait le charme de la série, il est cadeau. On peine devant les discours clichés en rafale, ces personnages sans profondeurs et un scénario pompé de Smallville, la bonne recette pour se faire allumer. Dommage, mais on en attendait pas moins du petit frère autiste d’Arrow. Sans le cross-over épisode 8 prévu avec celui-ci, la situation paraîtrait désespérée.

Date de sortie : débutée le 07 octobre 2014.

Une rumeur fait état d’un probable cross-over entre les trois séries,  une idée intéressante mais qui relève du fantasme. Néanmoins, il faut tout de même respecter la tentative difficile de rationaliser les supers-héros dont fait preuves ce trio inégale. La décision de minimiser les supers-pouvoirs, et au pire de leur trouver une explication logique est un trait plaisant. Sauf dans The Flash, là ils ont foiré dans les grandes largeurs.

Aux dernières nouvelles, une autre série DC serait actuellement en production : Super-Girl. On n’est pas sortie mes cocos.