Myst3riis est le nom du projet solo de Flavien, étudiant Rouennais, qui, comme vous allez le voir, n’en est pas à son premier essai dans le monde de la musique. Il a réussi à trouver son style mais s’interroge toujours sur ce qu’il peut apporter de plus, et ne se fatigue pas de tâtonner, d’expérimenter dans le but de nous donner des émotions toujours plus fortes. Grâce à cette toute première interview exclusive, voila l’occasion d’en apprendre plus sur ce jeune homme dont la musique intrigue, et explore les sentiments les plus profondément cachés en vous !

Open Bar : Myst3riis, comment t’es venu l’idée de choisir ce nom de scène assez « mystérieux » ?

Justement : le mystère. Au début, j’avais des idées de musiques en tête, mais je ne savais pas trop vers quoi j’allais me tourner, et c’était assez mystérieux pour moi. Après avoir réussi à coucher mes idées sur le papier et à les retranscrire musicalement, je me suis rendu compte que ça restait toujours aussi mystérieux qu’avant. J’ai donc gardé ce nom, que j’ai stylisé.

Ça fait longtemps que tu fais de la musique ?

J’en fais depuis que je suis en CE2, ça fais donc 13-14 ans maintenant.

Avant ce projet solo, tu as déjà joué avec plusieurs groupes ?

Oui, dès le collège j’ai fait partie d’un groupe de métal instrumental, enfin, vu notre niveau, c’était surtout un groupe de collégiens. J’ai aussi joué à plusieurs reprises avec Led Astray, dans un style totalement différent, puisque c’est un groupe de Pop-Rock, qui se barre parfois dans le Funk. Après j’ai été guitariste pour Rappel 50, pendant 1 an et demi, on a aussi sorti un album. Malheureusement on a dû arrêter le groupe à cause du départ d’un membre à Dunkerque, et du manque de temps pour jouer ensemble.

Comment décrirais-tu la musique que tu produis en tant que Myst3riis ?

Je dirais Rock Progressif. Mais sans m’enfermer dans cette catégorie. Je ne dis pas que ce que je fais est complètement à part, mais il n’y a pas vraiment de style défini, si j’ai envie de faire quelque chose je le fais, et je laisse aux gens le loisir de mettre des étiquettes sur ma musique.

Personnellement, ça me fais penser à un mélange de Rock Progressif et Psyché à la Pink Floyd, avec un côté Grunge pour le son lourd et dark, à la Nirvana. Ce sont des influences que tu reconnais ?

Totalement. Pink Floyd est une grande source d’influence, Nirvana un peu moins, mais j’écoute énormément de métal, surtout symphonique, c’est de la que viennent les riffs de guitare et ma manière de chanter. J’aime tout ce qui sort de l’ordinaire, les structures un peu particulières.

Ton projet actuel est un projet solo, ça signifie que tu fais tout seul, les compos, l’enregistrement, le chant ?

Tout à fait, sauf occasionnellement, pour enregistrer l’album Remember You Fall par exemple, j’étais accompagné d’un batteur, et Sarah Prouet est venue chanter sur un morceau. Sinon c’est moi qui joue tous les instruments, à part certains comme le violon que j’ai samplé, et j’ai enregistré l’album dans ma chambre.

Et tu es aussi seul sur scène ?

A vrai dire, je n’ai pas encore fait de concert avec ce projet Myst3riis, mais j’aimerais beaucoup répéter avec des amis dans les mois à venir, dans le but de nous produire sur scène. Je ne me verrais pas seul, la musique en concert doit être une expérience à partager, à vivre avec d’autres.C’est mon principal objectif pour moment, arriver à créer un véritable projet autour du live.

Ta musique est assez sombre, est-ce qu’elle reflète ton état d’esprit ?

(Rires) Je ne suis pas quelqu’un de dépressif, mais pour ce projet, je voulais faire de la musique à propos de la peur, sur tous les sujets qui peuvent provoquer la peur chez les gens, que ce soit eux-mêmes, les relations entre êtres humains, l’amitié, l’amour, ou même Dieu. Tout ce qui peut inspirer la peur d’une manière ou d’une autre.

Comment tu t’y prends pour composer ?

Pour chaque chanson, je réfléchi à l’avance, parfois pendant plusieurs mois, à des idées de structure, de direction que je voudrais donner au morceau, puis je me bloque un week-end dans ma chambre avec mes instruments et Cubase, et en deux ou maximum trois jours, je compose le morceau, à partir des idées auxquelles j’ai pensé les semaines précédentes. J’essaye d’apporter quelque chose de différent à chaque chanson, je teste différentes choses.

Ton premier album est sorti en indépendance totale, son tirage est resté assez confidentiel (50 exemplaires), tu serais prêt à signer sur un label pour avoir plus de moyens ?

Oui, je suis en train de prendre contact avec des labels indépendant en ce moment, mais c’est avant tout un test pour moi, pour obtenir un avis vraiment objectif sur ma musique, car je suis assez fier de ce que je fais, j’ai des retours positifs, mais j’aimerais avoir l’avis d’une maisons de disque pour savoir si ma musique peut vraiment plaire. Ça me permettrait aussi d’avoir une meilleure qualité d’enregistrement.

Avec quel musicien (vivant ou mort) rêverais-tu de jouer ?

Je dirais Mike Oldfield (compositeur de nombreux styles musicaux différents, nous lui devons notamment la BO de l’Exorciste). En plus il est encore vivant, donc c’est pas totalement impossible ! (rires)

Une musique que tu voudrais partager à nos lecteurs ?

J’aime énormement Archive, l’album que je préfère c’est You All Look The Same To Me, qui date de 2002. Après une chanson, tout de suite je pense à Again, qui est le morceau far de l’album.

Bon Courage pour la suite, et j’espère à bientôt pour ton nouveau projet scénique !