« Tu vois, l’imagination est une chose innée, soit on est né avec, soit on est baisé. » « Tu vois, je pense que tu dis de la merde. L’imagination, ça se travaille, ça s’explore et ça s’améliore. » Et pour prouver ce point, nous partons aujourd’hui à la rencontre d’Ockam Razor, un youtubeur qui se défonce pour défendre cette idée.

Prenons deux minutes pour un petit jeu. Je vous donne les mots « lunette » et « transformer », à vous d’en faire un jeu vidéo. Pas simple n’est-ce pas ? C’est pourtant l’exercice auquel s’adonne Ockam Razor sur sa chaîne YouTube, avec un détail en plus : le créatif anime ses courts-métrages en infographie sauce « Data Gueule ». L’équipe de journaliste réquisitionnant déjà les enjeux mondiaux, il développe son talent en créant des pitchs de films, romans, pièces de théâtre, théories conspirationnistes et bandes dessinées.

Mais pourquoi choisir ce thème graphique plutôt qu’un modèle stand-up plus traditionnel sur les internets ? Partons lui poser la question. « À la racine, l’idée c’est que je voulais raconter des histoires avec un principe de création récurent et un style graphique qui soit commun à chacune d’entre elles. Avec l’infographie, ça marche bien : les codes sont passe-partout et c’est rapide à faire », répond simplement le Toulousain.

Cinq jours par épisode

La création de chaque épisode lui prend de quatre à cinq jours. « Je passe environ une demi-journée sur l’écriture, une entière sur la construction graphique, l’intégration prend un à deux jours, plus une autre demi-journée pour enregistrer les voix et une dernière pour les bruitages et la musique », explique-t-il. En dépit de ce découpage méthodique, il rédige généralement les épisodes par cycles de cinq à la fois. « Je les écris tous d’un coup. Pour chacun des pitchs, je sais quel média je vais utiliser : jeux vidéo, film, etc. J’en prépare actuellement trois nouveaux dont un sur l’architecture. »

Sa plus longue réalisation reste sans conteste son onzième pitch sur un jeu vidéo en FPS : plus d’une semaine et demi ont été nécessaires pour modéliser la 3D de l’épisode ci-dessous.

Avant de défourailler son imagination, Ockam utilise systématiquement la même méthode : tirer cinq paires de mots au hasard et s’imposer d’en choisir l’un d’entre eux avec un « mot faible » passe-partout pour ne pas aliéner l’imagination et un « mot fort » disposant d’une symbolique suffisamment puissante, tel que dragon ou ninja, pour lancer le processus. Il a développé le concept jusqu’à créer sa propre application de création.

« Je réfléchis à ce que ça m’inspire, je décline l’idée jusqu’à avoir une base concrète avec plusieurs blocs d’informations. C’est là que j’écris vraiment le texte du pitch. J’explique le style qu’il va prendre, ses influences, puis j’oriente l’épisode comme un zoom progressif qui se rapproche de plus en plus de l’univers. Je m’enregistre au chrono pour ne pas dépasser ma limite de 3 minutes 30 à 4 minutes. »

Quand on lui demande lequel il souhaiterait voir adapter, la réponse fuse immédiatement : « mon troisième pitch sans hésiter ». Celui d’un comics retraçant l’aventure d’un super-héros capable d’influencer ses congénères homo sapiens, sorti des mots « serpent » et « message ». Une dystopie futuriste qui lui a nécessité de faire frire ses neurones à force de recherches scénaristiques pour jouer sur les dérives de la société et les applications du talent de son personnage. « Je me demandais « comment va-t-il faire ? » à chaque fois pour créer des enchaînements logiques », confie-t-il.

Dans le privé, Ockam Razor est développeur de petits jeux vidéo et d’applications mobiles, parfois même concepteur de ces œuvres. C’est l’envie de travailler ses propres idées qui l’a poussé à créer sa chaîne, avec un objectif évident : « pouvoir gagner ma vie grâce à elle. J’aimerais créer 24h/24 ». Mais pas que. « J‘ai donné des cours gratuits en multimédia, architecture, Photoshop et Illustrator, puis des cours de créativité. C’est aussi l’un des objectifs de ma chaîne : gagner en légitimité. »

Mythos ou la création d’un univers

Autre corde à son arc numérique, sa nouvelle création se nomme « [R&D] Mythos ». Ockam y développe une civilisation antique ayant vécu sur un continent aujourd’hui disparu. Un nouveau travail d’imagination sur une thématique vaste : créer une société, une cosmologie, un mode de fonctionnement à part entière. Mais si de son propre aveu, « le concept de l’émission n’est pas encore sûr », elle lui permet « d’avoir une certaine souplesse ». Pour l’instant, le créatif projette de réaliser seulement quatre épisodes, le temps qu’il « installe les bases, le corps n’est pas encore suffisamment solide ».

Puis le projet s’étendra sur un aspect participatif avec ses abonnés. « J’inviterai la communauté à détailler un élément de l’univers. Par exemple, les abonnés pourront demander à me faire préciser les principes de l’écriture dans la civilisation. » Au programme : des sessions brainstorming via Skype où ses abonnés pourront réagir plus vivement à ses vidéos et l’aider à étendre son univers.

Retrouvez l’ensemble des vidéos d’Ockam Razor sur sa chaîne Youtube.