Vos potes ont des problèmes incluant l’introduction d’un objet ménager de grande taille à l’intérieur d’un petit orifice obscure ? Pas de soucis. On est là. Nous, on aime pervertir les gens. Et on le fait bien.

C’est l’histoire de votre ami. Celui avec qui vous avez passé des soirées dignes des orgies romaines. Sauf qu’aujourd’hui ses attributs virils pendent allègrement au cou de sa donzelle. Et cet ancien guerrier de la bière, ce vaillant compagnon de lendemain honteux refuse systématiquement chaque soirée avec vous parce qu’il sait que ce sera une beuverie. Qu’importe. On va le faire sombrer ce salaud. Proposez-lui un café, en fin d’après-midi, tranquillement dans un bar ou chez vous. Et invitez trente autres personnes dont quelques-uns(e)s bien membré/siliconé du sexe opposé. Ce ne sera qu’une seule tournée, il ne peut pas refuser… Puis une autre… Et encore jusqu’à ce qu’il appelle sa copine, récupère ses cojones et disparaisse dans la nuit pour se réveiller, le matin suivant dans une étable au milieu des champs.

Maintenant que votre ancien alcoolique est de retour dans la partie, il faut s’attaquer au gros morceau. Oui, je parle de votre pote timide, celui qui ne dit jamais un mot, encore puceau à 20 ans, celui qui cache les bouteilles en fin de soirée pour éviter que vous dévoiliez l’intérieur de votre estomac. Une proie de choix et un challenge à relever. On commence par prendre n’importe quelle excuse bateau pour le faire sortir de son antre de geek, et on l’emmène découvrir la vie. Vous faites ça pour son bien, ne l’oubliez pas.

 Allez, de toute façon tu vas le rater cet exam, viens prendre un verre !

– Tu vois, tu l’as raté ton exam’. Tu passes prendre un verre ?

– Mec, Alex vient de larguer sa copine, faut qu’on aille lui en trouver une autre.

– C’est l’anniversaire de la tortue de Laura, garçon ! On va se la coller pour fêter ça !

Vous avez réussi à faire sortir votre pote ? Bien ! Passons aux choses sérieuses. L’addiction.

« Allez, c’est juste une clope pour tester« . Vous êtes le diable. Et c’est jouissif mes amis. Mais ça reste un truc de petit joueur. Sortez la mescaline, les buvards, les cachetons et tout le foutoir qui vous sert de trousse à pharmacie. A ce stade, toute personne saine aurait des doutes sur votre santé mentale, à juste titre, et quelques réticences. Effacez ces idées saugrenues avec une petite pilule dans son verre. C’est la solution de facilité. On essaye plus dur ? Ok, on va jouer sur les sentiments. C’est digne d’un tortionnaire tchétchène. Donc par conséquence parfaitement adapté à votre moralité.

« Mec, allez… Prends une ligne, me fais pas honte devant mes amis…« 

Vous vous sentez sale ? Toujours pas ? Parfait.

Votre ami est juif ? Musulman ? Profitons qu’il soit proche du coma pour lui faire ingurgiter de la viande non-casher, une bonne cochonnaille maison pas halal pour deux sous. Et qu’on ne me dise pas que les musulmans ne boivent pas. C’est votre rôle de le convaincre que son mojito est approuvé par le Coran.

Passons aux conseils foireux :

Certains de nos amis viennent toujours nous demander des conseils pertinents en cas d’embrouilles, de plans drague ou n’importe quels sujets incluant morale, philosophie de la vie et houblon. Grave erreur.

Vous êtes la dernière personne à qui demander un conseil mature et sensé. Et pour votre plus grand bonheur, un pauvre innocent va en faire les frais. On n’hésite pas et on prodigue des conseils pleins de sagesse basés sur votre alcoolémie et votre expérience de salopard. Tout est permis tant qu’on ne se fait pas prendre, non ? Bien sûr que cette fille est jolie et qu’il devrait retourner lui taper la discut’. Après tout, votre pote aime Greenpeace, donc sauver un lamantin de la solitude est dans ses attributions. On remplit son verre et hop ! Roule jeunesse.

S’il est sur le point de faire quelque chose de dangereux ou de profondément débile, il faut l’approuver, le soutenir, c’est votre rôle en tant qu’ami, non ? Cet ingrat ne vous remerciera pas en sortant de cellule de dégrisement. Mais vous garderez la tête haute, fiers d’avoir fait de lui un homme, un vrai. Un qui court nu dans la rue sous l’œil amusé de nos chers fonctionnaires de police.

Et enfin, le meilleur pour la fin : le sexe. Oui, si votre pote est un novice dans ce noble art, il est de votre devoir de le lui faire découvrir. Non, on ne couche pas avec lui.  Bourrez-lui le crâne avec vos histoires de folles nuits d’orgies, faites-le saliver, boire et rencontrer la copine relou de celle que vous voulez sauter  l’âme sœur.  Puis laissez-le aller s’ébattre avec cette jeune demoiselle. Le lendemain vous le retrouverez honteux, mais avide de recommencer.

Si au contraire vous essayez de dévergonder une de vos amie, attention. Vous allez créer un monstre. Car une fois l’acte fait, votre sage et timide camarade deviendra un monstre avide de stupre et de chair fraîche. Oui, en vérité je vous le dit, les femmes sont des monstres sans cœur profitant de notre faible position de mâle. Alors gare à vos fesses.

Le karma a été inventé par des bouffeurs de salades, n’en croyez pas un mot. Devenez le diable. On y prend vite goût, et qui plus est, ça crée des souvenirs inoubliables. Le genre de souvenirs photogéniques qui alimenteront vos futurs chantages, petit fripon. Il faut bien gagner sa vie, non ?