Non, personne ne m’a mis de flingue sur la tempe pour écrire cet article voyons. Un petit virage à 90 degrés et c’est reparti ! Car chez Open Bar, on sait retourner sa veste, et on le fait bien.

En vérité je vous le dis, être en couple, c’est un truc cool. Vrai de vrai. Et pour vous le prouver, on a trouvé trois bonnes raisons de squatter la vie d’un de nos congénères.

I L’épanouissement

Non mais sérieux, qui peut penser que rentrer seul chez soi le soir avec l’unique perspective de nourrir un matou ingrat est vivifiant ? Sortez votre tête de cet endroit magique qui tout en économisant de l’espace limite son exposition au soleil. Personne ne veut mourir seul, c’est d’un banal. Alors que claquer entouré de ses enfants et de sa chère et tendre épouse, ça a un coté familial très joyeux. Attendons qu’ils voient vos dettes, ça va bien les faire rire. Mais revenons dans le droit chemin des gens biens, vous savez, ceux qui ne jouent pas au poker avec des mafieux. Ceux qui ne veulent pas finir leur vie seuls, à attendre dans leur garçonnière de passer l’arme à gauche en regardant des amis qui eux, ont compris ce qu’être heureux veut dire . Ceux qui laissent une chance aux autres sans les jeter au bout d’une nuit.

Dans la réalité véritable, être en couple représente un réel gain pour votre vie de tous les jours. Plus besoin de se soucier de faire la cuisine messieurs ! Bobonne est là pour ça. C’est fini les steaks-pâtes, maintenant l’heure est venue de manger bon et bien. Bio peut-être, mais qu’importe. Il doit sûrement exister une statistique qui prouve que les mecs en couple vivent plus longtemps que les célibataires. Et inversement proportionnel pour la longévité de nos chères femelles.

Être en couple, c’est aussi avoir le soutien de l’autre en cas de coup dur. Un soutien de vos projets. C’est une vraie expérience qui fait mûrir, qui permet de prendre du recul sur ce que l’on veut dans la vie, quels que soient nos objectifs. Partager des moments simples et inoffensifs comme prendre de la drogue. Ou manger une glace, c’est bien aussi de manger une glace. On risque moins d’aller en taule ou en cure de désintox. Quoi que c’est pas dit. Prenons un coucher de soleil sur la plage juste vous deux. Là on est sûr que c’est sans danger. Sauf si vous passez vos vacances au Sri Lanka, et dans ce cas là vous cherchez un peu la merde.

couple-facebook

Vendre son âme en un clic ? C’est possible.

II Le sexe

On va pas vous faire un dessin, le sexe, c’est cool. Sauf que parfois… On tombe sur un précoce, une étoile de mer ou toutes sortes d’horreurs dont les médecins s’échangent les photos comme des cartes Pokémon. En même temps, après autant d’années passées la tête dans les bouquins et à jouer avec des corps humains, on comprend qu’ils deviennent tarés ces braves hommes. Mais on s’égare encore une fois.

Coucher régulièrement avec la même personne signifie plusieurs choses  :

1. Vous lui plaisez, au moins au plan sexuel.

2. Si vous couchez avec lui, c’est que vous ressentez quelque chose aussi. Peut-être même quelque chose de sentimental.

3. Vous commencez à vous confier à lui/elle, et l’autre aussi. Les confidences sur l’oreiller font partie des plus belles conversations que l’on peut avoir. Parfois même partager un fou rire. A moins que l’hilarité porte sur une partie de votre anatomie. Là on sort la scie, les sacs plastique et suivant(e).

Et plus vous resterez ensemble, plus une certaine alchimie se mettra en place. Vous saurez les désirs de l’autre, vous en discuterez, vous expérimenterez ensemble, créant des moments spéciaux qui éclaireront vos vieux jours (enfin, si vous aimez les caméras et les photos, mais ceci ne nous concerne pas). Vous serez plus à même de mener l’autre à l’extase. Un rituel se développera entre vous, ou chacun comblera l’autre. Ou non si vous êtes une grosse tanche. Mais là encore, ceci ne concerne que vous.

Donc pour ceux du fond, ouais, vous les branleurs : le sexe c’est bien -> en couple on a plus de sexe -> être en couple c’est bien. CQFD.

 III Le pognon

Personne ne peut vivre d’amour et d’eau fraîche. Celui qui a inventé cette expression était un sociopathe avec un penchant malsain pour les anorexiques. Et j’espère qu’il a fini en tôle ne serait-ce que pour la stupidité qu’il a prononcé ivre depuis son caniveau.

Le fric, c’est le nerf de la guerre, et dans un couple, c’est le troisième et plus important avantage. Oui oui. Grâce à lui on peut avoir des rapports sexuels. Demandez à DSK, il s’y connait. Quant à « l’argent ne fait pas le bonheur« , relisez le paragraphe précédent, c’est dans la même veine. Pour les hippies qui ne seraient pas d’accord, prenez d’abord une douche et on en reparlera.

Femme_Glam_Argent_2

Épouser un vieux riche, y’a que ça de vrai.

Car dans un couple, l’argent est une valeur essentielle. Pour une femme, c’est d’être assurée que son mari qui gagne 25% de plus qu’elle lui offrira de beaux cadeaux (venez donc les chiennes de garde, on est prêt). C’est aussi un loyer moins cher : partager une piaule à deux est bien plus économique. D’autant que les femmes ont un véritable esprit naturel de chef-comptable gripsou, ce qui leur permet de réaliser de très belles économies (hors période de soldes évidemment, mais on leur pardonne.).

Et pensez aux allocations familiales en cas de marmots, c’est un petit pécule mais il vous permettra d’embaucher un psy. Qui lui vous servira à pomper votre fric vous épanouir alors que vos enfants tombent dans la drogue. Pour ce qu’il en est du PACS et du mariage… C’est des avantages fiscaux à ne pas négliger. Et si par bonheur votre conjoint a de la famille riche, c’est tout bon. Sortez votre pelle, votre pioche, passionnez-vous pour le jardinage et faites de votre amour du compost. C’est bien le compost. C’est bio. Vous deviendrez plein aux as ET écolo. Elle est pas belle la vie ?

Alors n’hésitez pas, cherchez l’âme sœur, ou l’âme riche, vieille et malade. Faites votre Ted Mosby, et peut-être qu’après avoir pris des coups dans la gueule pendant neuf saisons vous trouverez l’amour, le vrai. Ou d’autres baffes. Mais continuez à chercher, ça en vaut la peine.

Une réponse