Après avoir fait ses adieux au groupe Canal+ en juin dernier, Yann Barthès et sa fine équipe débarquent ce lundi sur TMC (chaîne 10 de la TNT). Jeudi après-midi, 130 personnes se sont retrouvées aux studios Visual, dans le XVème arrondissement, pour le filage de sa nouvelle émission sobrement intitulée Quotidien. Et comme on aime bien être dans les bons plans, on s’est incrusté l’air de rien à cette répétition générale. 

Une foule relativement jeune s’est amassée et piétine devant les studios : essentiellement des étudiants sont présents, cependant quelques trentenaires et personnes âgées viennent compléter le tableau. Un panel assez hétéroclite mais toutes ces personnes connaissent Le Petit Journal. Dans la file d’attente, le nom de l’ancienne émission du journaliste se fait entendre à plusieurs reprises, tout comme les noms de ses comparses, Martin Weill et Hugo Clément, que Yann Barthès a emmené avec lui pendant son mercato télévisuel.

Enfin la file avance. Arrivés dans le bâtiment, un jeune homme de la production nous demande nos noms puis nous informe : « Cette année, une personne du public présentera la météo à chaque émission. Yann tire au sort un numéro et c’est à vous, avec fond vert et prompteur comme Evelyne Dhéliat. » Il nous propose un jeton avec un nombre au dos. Finalement, ce jour là, sur 130 personnes dans le public, seules 60 ont accepté de jouer le jeu. Le public d’un jour s’enfonce encore un peu plus, on récupère nos pièces d’identité, nos sacs, nos manteaux, puis passage obligé au détecteur de métaux. Une heure d’attente et le passage d’Eric et Quentin en cuir-moustache plus tard, la sécurité nous autorise à accéder au studio 3, où la magie opère.

Sur le plateau, l’attente continue…

Le plateau ressemble énormément à celui du Petit Journal : le bureau de Yann Barthès siège au centre avec en fond le logo de l’émission. Les gradins réservés au public se situent de part et d’autre de cet espace central. En face du bureau se trouve une scène de taille moyenne, dite « La scène du Q », où des artistes en promotion pourront se produire. Au-dessus des gradins, des micros d’ambiance sont installés pour capter les rires et autres murmures de surprise du public. Enfin, des écrans où sont diffusés les reportages surplombent les spectateurs.

Une fois le public installé, Rémy, le chauffeur de salle, prend la température et informe son audience – qui commence légèrement à s’impatienter – que les invités du jour seront Patrick Kanner, ministre des Sports, et Virginie Efira, en promotion pour son nouveau film Victoria. C’est le groupe La Femme, qui vient de sortir son nouvel album, qui occupera la scène pour la pause musicale. Mais en réalité, ils ne seront pas là et seront interprétés par des membres de la rédaction de Yann.

L’heure tourne et Rémy doit combler. Après quelques vannes sur des membres du public et quelques consignes, voilà que débarque Panayotis Pascot sur le plateau, bientôt rejoint par d’autres membres de l’équipe : Eric et Quentin, Camille Crosnier entre autre. À côté, une télévision porte une casquette et est affublée d’un t-shirt pour enfant. Sur l’écran, Martin Weill, le journaliste-globe-trotteur, est en duplex des États-Unis, où il séjourne pendant trois mois histoire de couvrir les élections.

Suffit que le grand chef soit là pour commencer

Enfin, Yann Barthès arrive : ses baskets tranchent avec son costume sobre, mais les habitués du Petit Journal ne sont guère surpris par le style : « Mais il est super petit en fait ! » glisse une jeune fille assise pas très loin. Assister à une émission en plateau, c’est comme être au théâtre, à l’exception que le public est un personnage à part entière : de lui dépend l’ambiance… et le boulot du chauffeur de salle accessoirement.

Alors que l’équipe technique s’occupe des derniers réglages, Yann Barthès s’avance vers son nouveau bureau : « Bon, je ne vois plus rien« , annonce le journaliste en posant ses lunettes dessus. Quelques rires retentissent. Le présentateur apparaît rapidement comme quelqu’un de professionnel mais néanmoins d’humain : il sourit et s’amuse d’un rien. En se tournant vers le public, il lance : « Que tous ceux qui ont pris un jeton lèvent la main. » Dans le studio, une soixantaine de personnes s’exécutent : « Bon, on voit ceux qui ont des couilles ! » assène-t-il avec un petit rictus avant de retourner aux côtés de son équipe. 

Assez rapidement, tout le monde se met en place. Les caméras tournent, Yann présente son équipe, s’amuse avec la télé en Weill : « Et sinon le logo de la chaîne, il est bien mais et si on le changeait ? » Voilà que sur les retours écrans apparaît le nouveau logo de TMC, plus moderne et plus sobre.

sans-titre-2

Même si Yann Barthès bafouille sur certains mots – ce qui a pour effet de faire rire les personnes présentes dans le studio – l’enregistrement se déroule assez tranquillement, les sujets s’enchaînent. On peut suivre ce qui se dit sur les prompteurs qui encadrent le bureau. À l’exception des réponses des « invités », tout a été pensé au préalable, même les déclarations d’Hugo Clément et de Martin Weill qui sont en duplex. Un membre de l’équipe nous offre un petit concert privé, une jeune fille est tirée au sort pour présenter la météo, et c’est là qu’on se rend compte que c’est loin d’être facile. En rigolant gentiment, Yann Barthès la guide sur la carte virtuelle.

Quand le tournage prend fin, le public quitte rapidement le plateau et sort des studios. Retour au bercail et patience sont de mise car la véritable émission ne sera diffusée que quatre jours plus tard.

Samedi, dans la soirée, différents organes de presse comme Le Point et L’Express nous ont appris que l’invité politique du premier numéro de Quotidien sera Christiane Taubira, ancienne garde des Sceaux, et que son invitée culturelle sera Valérie Lemercier. Le groupe La Femme garde cependant sa place pour la pause musicale du programme. On peut dire que Yann Barthès et sa rédaction ont la foi : jeudi, ils auraient préparé et présenté une émission fictive en public. C’est ça, aimer son boulot. Du coup, on a eu un peu de mal à les croire quand ils nous ont annoncé que Vanessa Paradis serait la marraine de l’émission…

Ces derniers jours, sur les réseaux sociaux où la communication autour de la nouvelle émission est très importante, nous avons découvert que l’humoriste Vincent Dedienne (Le Supplément) serait aussi de l’aventure. Cependant, on ne sait pas encore quel sera son rôle…

On prend les mêmes et on recommence 

Les parallèles avec la célèbre émission de Canal+ sont inévitables. Avec une ligne éditoriale et une équipe quasi inchangées, on savait à quoi s’attendre. L’émission dure une heure et vingt minutes, donc beaucoup plus longue que Le Petit Journal qui durait à peine une demi-heure. Avec des interviews, des sujets variés, des duplex, une pause musicale et des petites séquences humoristiques, un sentiment de déjà-vu s’installe. Mais on ne va pas s’en plaindre… surtout quand on voit ce qu’est devenu Le Petit Journal désormais présenté par Cyrille Eldin. Quotidien promet d’être de l’aussi bonne came que sa grande sœur en conjuguant toujours actu avec humour.

Rendez vous ce soir à 19h10 sur TMC pour le premier numéro de Quotidien, la nouvelle émission de Yann Barthès.

Pour aller plus loin, il y a quelques mois, Romane, une de nos chroniqueuses, avait publié un article sur les méthodes parfois un peu douteuses et pas franchement déontologiques du Petit Journal