Il y a des court-métrages qu’on trouve au hasard d’Internet et qui nous laissent un goût amer dans la bouche. Fade to Black est de ceux-là. En une minute, l’artiste syrien Amer Albarzawi résume deux années d’occupation par l’État Islamique de Raqqa, sa ville d’origine.

Guaranteed de Eddie Vedder résonne à la guitare, une jeune femme qui sourit et des oiseaux qui gazouillent. Comme une sensation d’innocence et de bonheur qui réchauffe le ventre. Puis le tonnerre qui gronde, amenant une tempête nommée Daech. En stop-motion, Amer Albarzawi raconte ce qu’il a vu au sein de ses rues.

Le réalisateur s’inscrit dans la lignée des artistes qui dénoncent Daech. Désormais installé en Turquie, il contribue à coup de pellicule à témoigner pour combattre l’idéologie de l’État Islamique. « Un jour, ils nous ont interdit de fumer. Le lendemain, les garçons et les filles ne pouvaient plus être ensemble dans la rue. Après un mois, il n’y avait plus d’école mixte, puis ils ont habillé toutes les filles en hijab (voile islamique) », raconte-t-il à PBS.

Pour l’artiste, ce genre de productions est primordial pour garder l’histoire et la culture syrienne vivantes. Elles luttent aussi contre les amalgames entre réfugiés et terroristes qui gangrènent les débats en Europe et aux États-Unis. Il veut rappeler à tous que ceux qui fuient les horreurs de la guerre n’en sont pas les instigateurs, mais les victimes. 

Cet article est le premier de notre future catégorie shooter, qui apparaîtra à la fin du mois avec une nouvelle maquette du site. Pour en .savoir plus, inscrivez-vous à la newsletter 🙂 .